Accueil English version
Échos de la Diaspora Échos de partis politiques


Précédent  Suivant
L'ancien Premier ministre togolais et un député exclus du parti présidentiel

(Agence France-Presse (AFP),  Lomé, Togo,  7 août 2002)


L'ancien Premier ministre togolais, Agbéyomé Kodjo et le député Dahuku Péré, tous deux membres du bureau politique du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT, au pouvoir) ont été exclus mardi de ce parti pour "haute trahison", a appris l'AFP mercredi de source officielle.

Selon un communiqué rendu public, les membres du comité central du RPT ont décidé à "l'unanimité", à l'issue d'une réunion présidée par le chef de l'Etat (président et fondateur du parti) Gnassingbé Eyadéma, d'exclure ces deux figures pour "haute trahison".

Ils ont par ailleurs "mis en garde les complices encore tapis dans l'ombre, et tous ceux qui seraient tentés par une quelconque aventure de détourner le parti de ses valeurs fondamentales".

Les 18 juillet et 2 août derniers, MM. Kodjo et Péré avaient déjà été exclus de l'ordre du Mono, la plus haute distinction togolaise, pour "manquement grave à l'honneur".

En mars dernier, Dahuku Péré avait dénoncé de façon très incisive le fonctionnement du parti: "l'intolérance et l'exclusion semblent avoir déserté les rangs de l'opposition pour s'incruster solidement dans les nôtres. A quand donc la fin de la barbarie?", écrivait le député dans son brûlot.

Quatre mois plus tard, le Premier ministre Agbéyomé Kodjo, limogé de son poste, a publié après son renvoi, une diatribe d'une rare violence contre le chef de l'Etat et sa famille.

Dans un réquisitoire-testament de 14 pages, M. Kodjo a dénoncé "l'instrumentalisation de la justice à des fins politiques", un "populisme suranné", les "dérives monarcho-despotiques du régime actuel", des "menaces de mort" proférées contre lui en toute impunité par le fils aîné du Chef de l'Etat, le colonel Ernest Eyadéma, qu'il accuse au passage de faire torturer des prisonniers dans un camp du nord du pays.